Problèmes neurologiques chez le chien, quels sont les symptômes et les maladies

Que sont les problèmes neurologiques chez le chien ?

Les dysfonctionnements et les maladies du système nerveux sont les plus dangereux et les plus graves. Elles peuvent également toucher les systèmes nerveux centraux, c’est-à-dire la moelle épinière et le cerveau, ou le système nerveux périphérique (c’est-à-dire les nerfs et les terminaisons nerveuses. Selon les zones touchées, la gravité et le type de maladie, les répercussions peuvent être à la fois physiques [mouvements involontaires, difficultés de coordination, etc.] et mentales. Dans ce dernier cas, il peut y avoir d’importantes altérations du comportement, voire une régression, une incapacité à comprendre et à exécuter des ordres simples, etc. Les deux niveaux sont cependant souvent étroitement liés l’un à l’autre. Malheureusement, la variété des problèmes impliquant ces zones importantes et délicates du corps est assez large. De plus, les maladies neurologiques ne sont souvent pas faciles à reconnaître ou à diagnostiquer à temps, ce qui ralentit le recours à des soins spécialisés appropriés.

Les problèmes neurologiques peuvent être identifiés par les symptômes suivants

Bien que les symptômes des problèmes neurologiques puissent être non spécifiques et pris pour quelque chose de moins grave au début, ils doivent être traités.

Des difficultés de marche.

Le chien s’arrête soudainement de marcher. Il peut être incapable de bouger ses pattes avant, ses pattes arrière, ou les deux, ou manquer totalement de coordination dans ses mouvements et/ou son équilibre. Le chien qui titube, qui est incapable de suivre un chemin en ligne droite, mais qui a tendance à « plier » — surtout s’il le fait toujours dans la même direction — doit être vu immédiatement par un vétérinaire.

Convulsions.

Un épisode de convulsions peut être généralisé ou partiel. Dans le premier cas, des altérations ou une perte de conscience, des tremblements, des mouvements involontaires des muscles et/ou une rigidité peuvent survenir. Dans le second cas, les crises partielles peuvent se manifester par des mouvements ou des comportements insensés [ouverture et fermeture de la bouche, tourner en rond/aboiement, etc.]. Les crises généralisées qui durent plus de deux minutes sont des signaux d’alarme importants, généralement révélateurs d’une atteinte neurologique

Tête pendulaire.

Lorsque la tête du chien reste penchée sur un côté, surtout si cette position particulière s’accompagne d’un strabisme ou de mouvements involontaires d’un œil, il faut consulter le vétérinaire. Cette position est souvent due à des inflammations de l’oreille, mais elle peut aussi être causée par des dommages plus ou moins graves du système nerveux. Chez le chien âgé, par exemple, cela peut être le signe d’un syndrome vestibulaire

Tremblement.

Si les tremblements ne sont pas causés par des circonstances [températures très basses, peur du chien], ils doivent être considérés comme des signaux d’alarme

Autres symptômes

Les changements de comportement inattendus, les saignements et les nausées, ainsi que la perte d’une ou plusieurs fonctions sensorielles [vue/audition, toucher/goût/odeur] sont autant de signes possibles d’une atteinte neurologique

L’examen neurologique

Un examen spécialisé sera nécessaire pour déterminer la fonction neurologique d’un animal en cas de soupçons ou de doutes. Sur la base d’une stimulation manuelle, le vétérinaire évaluera la posture et les mouvements du chien. Après un examen approfondi, l’expert déterminera si d’autres tests de diagnostic sont nécessaires, comme une IRM, une tomographie ou une électromyographie. Même les analyses de sang peuvent donner des indices utiles, en révélant la présence d’une éventuelle encéphalite virale. Une fois qu’il a été déterminé qu’il y a des dommages neurologiques, vous pouvez procéder au traitement approprié. Il peut s’agir d’un traitement curatif, d’un traitement d’entretien ou d’un traitement palliatif, selon le cas. À l’occasion de l’examen neurologique, il est important d’avoir avec vous tous les documents relatifs aux antécédents médicaux du chien, ainsi que, si elles sont présentes, des informations sur les éventuelles maladies de son arbre généalogique. Certaines maladies qui provoquent des altérations neurologiques peuvent être génétiquement transmissibles. Il est important que le vétérinaire puisse évaluer cette possibilité.

Causes courantes des atteintes neurodégénératives

De nombreuses causes peuvent entraîner une atteinte du système nerveux central ou périphérique, et il n’est pas toujours possible de remonter à l’origine du problème. Vous pouvez les distinguer en fonction de la source du problème. Voici les causes les plus courantes de dommages neurologiques.

  • Tumeurs, ischémie et thrombose ;
  • Hydrocéphalie ;
  • Syndrome vestibulaire ;
  • Épilepsie congénitale.

En cas de doute, si votre chien a un comportement anormal, ou si vous remarquez les symptômes ci-dessus, prenez-rendez-vous chez votre vétérinaire. Si ces problèmes sont traités correctement et rapidement, elles peuvent régresser ou être maintenues sous contrôle.